LE BLOGUE D’ARTEXPERT.CA


100 fois merci depuis 15 ans

ArtExpert remettait cette semaine sa 100e étude. Nous profitons de cette occasion magique pour remercier tous celles et ceux qui ont collaboré au fil du temps à l’un ou l’autre des travaux d’ArtExpert.ca : études de faisabilité, diagnostic culturel, plan d’action, plan d’infrastructures culturelles, plans d’affaires ou encore des portraits culturels régionaux.

60 collaborateurs au cours des quinze dernières années

MERCI À TOUS NOS COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS
Philippe Baillargeon, Louis Baillargeon, Ginette Bergeron, Lorraine Berthiaume, Patrick Berger et Benoit Panaccio, Denis Bertrand, Janine Boileau, Martin Bonneau, Maude Bouchard, Jeanne Boucharlat, Chantal Bourdeau, Mario Bourdon, Hélène Brown, Hugo Charron, Marcel Choquette, Jacques Cleary, Pierre Corriveau, Nathalie Courville, Francine D’Entremont, Marc Drouin, Robert Gagné, Stéphane Gagné et Jessica Morin, Benoit Gignac, Jenny Ginder et Janis Barlow, Alejandro Jiménez, Dominique Jobin, Jean Jolicoeur et Jean-François Dion, Nancy Juneau, Natalie Kaiser, Harold Kacou, Élaine Lafond, Laurence Lafond-Beaulne, Lucie Leclerc et Simon Bastien, Stéphane Leclerc, Alice Legrand, Véronique Marino, Nicole Martin, David Moss, Paula McKeown, Mélanie Nadeau, Élise Noel de Tilly, Marie-Josée Ouellet, Jérôme Payette, Isabelle Picard, Érica Pomerance, Bruce Porter, Micheline Poulin, Marc Pronovost, Paule Renaud et René Rivard, Line Richer, Barbara Richman, Kryselle Ringuette, Laurence Robitaille, Stéphanie Rose, Guillaume Sirois, Isabelle Saint-Louis, Math Sendbuehler, Cathy Smalley, Caroline Target, Anne-Marie Tougas, Claude Trudel, Simon Van Vliet, Stéphane Vigneault, Érik Villeneuve, Michel Zins et Renée Dubé.

MERCI À TOUS CELLES ET CEUX QUI ONT ÉTÉ CLIENTS

Susan Annis, Marie Amiot, Hélène Godin et Philippe Meunier, Fortner Anderson, Véronic Beaulé et Réal Couture, Chantal Beaulieu, Jules Ostiguy et Éric Santana, Valérie Beaulieu, David Lavoie et Charles Morisset, Danielle Bilodeau, Suzanne Chabot, Hélène Poirier, Isabelle Menier et Diane Saint-Jacques, Linda Boileau, Sandy Boutin, Dinu Bumbaru et Carole Deniger, Régine Cadet, France Cadieux, Katherine Carleton, Réjean Charbonneau et Feu Robert Cadotte, Cécile Chevrier, Michel Comeau, Amélie Cordeau, André Courchesne, Éric Dionne, Jean François Gagnon et Christine Mitton, Marie-Hélène Drolet, Daniel Cloutier, Marie Daveluy, Christianne Gagnon et Sylvie Gamache, André Dudemaine et Odile Joannette, Marie-Claire Dumas, Carl Bernier-Genest, Mathieu Latour et Marianne Groulx, Kamal El-Batal, Paul Finley et Carmen Simmons, Donna Giles, Sharon Godwin et Jean Marshall, Manuela Goya, Stéphane Hardi, Rochelle Hum, Shannon Peet, Colleen Kennedy, Anissa Kherrati, D.Kimm, France-Isabelle Langlois et Danielle Sauvage, Paul Langlois, Margot Bourgeois et Jean-Robert Choquet, Étienne Langlois, Stella Leney et Sylvain Bélanger, Lise Gionet, Louis-Dominique Lavigne et Feu Jean-Guy Leduc, Laurent Legault et Francine Elhadad, Marc Lemay, Michel Lemay et Luc Rathé, André L’Heureux, Linda Vandal, Christine Lagadec, Suzanne Payette, Sébastien Bissonnette, Louise Guillemette-Labory, Oksana Stelmazuk, Sylvie Laurin, Thierry Renaud-Belinga et Josée Généreux, Marilou Loncol-Daigneault, Francine Lord, Pierre MacDuff, Doreen McCarthy, Janet Miller-Pitt et Eleanor Dawson, Marc Monette et Sylvie Lemieux, Danielle Mimeault, Martine Mimeault, Jean-Claude Tremblay, Jean-Guy Marceau et Hervé Pilon, Didier-Kazadi Muamba, Noel Neveu, Jean-Jacques Lachapelle, Lyne Olivier et Louise-Hélène Lefebvre, Nicolas Rochette, Annie Roy et Pierre Allard, Rokhaya Sarr, Luc Savard, Denis Sirois, Andrée Tremblay, Alexandra Paquette, Christine Fillion, Olivier Toutiras et Marie-Pascale Richard, Robert Trempe et Lucie Leclerc, France Trépanier, Jessie Short, Nadia Myre, Nadine Saint-Louis, Hélène Turp, Carine Valleau, Lorraine Vaillancourt et Robert Thuot, Gabriel Zamfir, Jocelyne Alain et Claire McCaughey.

Share Button

Quand les femmes sont aux commandes

Collaboratrice chez ArtExpert.ca et blogueuse invitée, Valerie R. Carbonneau

Comment se porte la femme dans l’univers culturel québécois? La conférence « Montréal métropole culturelle, quelle place pour les femmes » organisée par le Conseil des Montréalaises tenue au Conseil des arts de Montréal le 5 décembre dernier nous aura certainement éclairés sur la situation actuelle.

Crédit photo : Ville de Montréal/ Caroline Durocher – Affiche de la conférence tirée de l’événement marquant les 50 ans du Théâtre de Verdure, au parc Lafontaine

Plus encore, elle nous a incités à pousser plus loin la réflexion en nous appuyant sur le contenu des allocutions qui ont été divulguées lors de ce rendez-vous et les échanges qu’elles auront ensuite générés.

« L’enjeu n’en est pas simplement un de représentativité, mais d’équité, de reconnaissance. À la veille du 375e anniversaire de la Fondation de Montréal, qu’on attribue par ailleurs à Jeanne-Mance… nous avons le devoir, comme société, de redonner aux femmes, à celles qui ont édifié à société la place qui leur revient dans l’histoire », prononçait en ouverture de son discours, Madame Manon Gauthier, membre du comité exécutif, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d’Espace pour la vie et du statut de la femme pour la Ville de Montréal. Or, bien qu’une étude récente menée par le groupe Réalisatrices Équitables tirait la sonnette l’alarme en ce qui concerne la faible présence des femmes dans des postes clefs en matière de création, elles sont pourtant majoritaires à la barre de la direction des grandes organisations culturelles, tel que l’a démontré une étude dirigée par Pascale Landry pour l’Observatoire de la culture et des communications du Québec.

En effet, l’étude intitulée Les directeurs et directrices de la culture et des communications publiée en 2011 évoque dans ses faits saillants qu’entre 1996 et 2006, au Québec, il y a eu augmentation de la présence des femmes à des fonctions de direction en culture; une statistique qui est passée de 42 % à 52 % en dix ans! Plus précisément, même si les hommes dominent toujours en nombre dans des postes de direction au niveau de l’édition, du cinéma, de la radiotélédiffusion et des arts de la scène à hauteur de 57 %, les femmes, elles, sont plus nombreuses à occuper un poste de direction en matière de bibliothèques, d’archives, de musées et de galerie d’art.

La fierté des femmes de diriger… des femmes!

Qui plus est, le monde des bibliothèques, des archives, des institutions muséales et des galeries d’art chapeauté à 71% par des femmes au Québec est également caractérisé par une prépondérance d’employées femmes. Et cette force qu’ont les femmes en matière de gestion culturelle doit se retrouver au premier rang des fiertés collectives et ainsi contribuer encore plus au rayonnement du pouvoir féminin dans le milieu. Cela dit, la présence des femmes à la tête de grandes institutions culturelles n’est certainement pas étrangère au rayonnement de l’ensemble de l’industrie. Pensons seulement à l’Union des Artistes et au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) entre autres organisations notoires qui sont chapeautées par des femmes ou à Patrimoine canadien, important ministère dirigé également par une femme.

Crédit photo: Rodrigo Ono – Au centre Sophie Prégent en compagnie de nombreuses femmes dirigeantes de syndicats d’artistes à travers le monde, réunies au Congrès FIA – photo tirée du rapport annuel de l’Union des artistes 2016, page 11.

Par ailleurs, la proportion des femmes inscrites au sein des programmes d’études en gestion culturelle est depuis toujours traditionnellement plus grande que celle des hommes dans trois institutions canadiennes offrant le cursus; Université de Waterloo, Simon Fraser University (SFU) et le Banff Centre for Management. À ce titre d’ailleurs, notre métropole culturelle ne fait pas exception tandis qu’on enregistrait aux HEC Montréal (École des hautes études commerciales de Montréal) pour la première fois en 2016, une proportion de femmes inscrites aux différents programmes de gestion qui dépassait pour la première fois de l’histoire celle des hommes! Si elles raflaient 86 % des inscriptions en gestion d’entreprises culturelles lors de la dernière année, celles-ci ont dominé sur le tableau global contre toute attente en atteignant le taux significatif de 52 % des inscriptions!

Et, comme le dit si bien l’adage : quand on se compare, on se console…  En effet, tout n’est pas parfait, mais on n’a qu’à regarder du côté de la France pour se réjouir un peu tandis que pour les mêmes années, soit entre 1996 et 2006, les femmes occupaient par exemple  8 % des directions de théâtres consacrés à la création dramatique et 11 % des directions muséales.

Bon an mal an, il se crée au Québec beaucoup d’entreprises culturelles… Mais, selon ArtExpert.ca, il n’en demeure pas moins qu’il reste beaucoup de sensibilisation à faire pour que les femmes tablent sur leur talent de gestionnaires culturelles en s’appropriant encore plus de leur force en ce sens.

 

Share Button

Portrait du soutien financier gouvernemental aux organismes en arts et lettres au Québec

L’étude dirigée par ArtExpert vient d’être rendue publique par le ministère de la Culture et des Communications du Québec et est accessible sur le site du ministère depuis quelques jours.

Soutien financier gouvernemental_ArtExpert

 

Le secteur des arts et des lettres repose sur la création artistique et littéraire, l’expérimentation, la production et la diffusion dans le domaine des arts visuels, des métiers d’art, de la littérature, des arts de la scène, des arts multidisciplinaires, des arts médiatiques, ainsi que de la recherche architecturale. Il est animé par des milliers d’artistes et près de sept cents organismes professionnels dans toutes les régions du Québec. Innovants, les arts et la littérature sont étroitement liés aux avancées technologiques et aux contextes de diffusion en constante mouvance. Le Québec rayonne par ses artistes, ses écrivains, ses organismes artistiques et leurs œuvres tant ici qu’ailleurs au Canada et à l’étranger.

Étude présentée au ministère de la Culture et des Communications du Québec et au Mouvement des arts et des lettres

  • L’étude documente l’évolution des budgets consacrés aux arts et aux lettres par les différentes sources gouvernementales au cours des dernières années (2008-2009 à 2013-2014).
  • Identifie les mécanismes et la nature du financement sur lesquels s’appuient les organismes des arts et des lettres et notamment leur multiplicité.
  • Elle témoigne des effets collatéraux actuels et potentiels que peut apporter ce type de financement de sources multiples sur les organismes du secteur des arts et des lettres.
  • Illustre par des cas types les impacts budgétaires de ces mouvements sur certaines organisations.
  • Et finalement documente le rôle des associations dans l’écologie du système du cœur créatif.

La première partie dresse le portrait du soutien financier de 406 organismes subventionnés au fonctionnement par le CALQ en 2013-2014 (389 organismes en 2008-2009). De façon agglomérée, cette partie traite des revenus de ces organismes sur l’ensemble du territoire et selon les régions, la nature de leurs revenus et la main-d’œuvre. Elle jette un coup d’œil sur les données financières des projets subventionnés à l’international.

La deuxième partie traite de la nature du financement des organismes répartis en six secteurs. Une 7e section jette un coup d’œil sur la nature du financement des Conseils régionaux de la culture. En appui aux conséquences opérationnelles des coupes budgétaires effectuées, six cas types sont illustrés.

Télécharger l’étude: Portrait du soutien financier gouvernemental aux organismes en arts et lettres au Québec_ArtExpert

Share Button